Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/07/2012

Testament, de Maria Elena VIEIRA DA SILVA


" Je lègue à mes amis
un bleu céruléum pour voler haut
un bleu de cobalt pour le bonheur
un bleu d'outremer pour stimuler l'esprit
un vermillon pour faire circuler le sang allègrement
un vert mouse pour apaiser les nerfs
un jaune d'or : richesse
un violet de cobalt pour la rêverie
une garance qui fait entendre le violoncelle
un jaune barite : science-fiction, brillance, éclat
un ocre jaune pour accepter la terre
un vert Véronèse pour la mémoire du printemps
un indigo pour pouvoir accorder l'esprit à l'orage
un orange pour exercer la vue d'un citronnier au loin
un jaune citron pour la grâce
un blanc pur : pureté
terre de sienne naturelle : la transmission de l'or
un noir somptueux pour voir Titien
une terre d'ombre naturelle pour mieux accepter la mélancolie noire
une terre de sienne brûlée pour le sentiment de la durée. "

Née à Lisbonne en 1908, l’artiste portugaise s’est exilée en France dès 1928 où elle a été une des fondatrices de l’école de Paris. En 1930, elle épouse le peintre hongrois Arpad Szenes (mort en 1985). D’abord figurative, au milieu des années 1930, Maria Helena Vieira da Silva ébauche son style en forme de patchwork qui la rendra mondialement célèbre. En 1938, elle accueille dans son atelier parisien le jeune peintres, Nicolas de Staël. C’est dans les années 1950 qu’elle se positionne comme un peintre de premier plan. Elle est morte à paris en 1992.

Oil on marouflaged cardboard on canvas Size: 31 x 46,5 cm. 1949

30/05/2012

Quand des enduits décoratifs jouent les couleurs et structurent l'espace

 

 

cuisines-bains-n138-mars-avril-2012.jpg

Ce chantier a séduit Cuisines&Bains qui l'a choisi pour illustrer un article sur "Des goûts et des couleurs" paru en Mars/Avril 2012. (Numéro 138)

C'est Laurence boudet qui a imaginé l'organisation et la décoration de cet appartement ainsi que le choix des couleurs.

Elle a joué sur l'utlisation des complémentaires vert et rouge (que j'utlise beaucoup moi aussi) et un choix de gris subtils.

J'ai créé et réalisé des enduits sur mesure (le rouge orangé, et le gris, très légerement rosé du salon...)

Ces enduits sont très fins et très lisses. Ils donnent une sensation de profondeur, liée à la succession de couches. 

Côté salle-à-manger, le miroir a été sublimé, côté salon, le mur de plus de cinq de hauteur a repris une dimension plus conviviale.

 Je joue sur les transparences, la lumière et les couleurs qui apportent beaucoup de modernité dans l'utilisation de la matière.

                                                                                                  

cuisine et bains2.jpg

 

cuisine et bains.jpg

 

03/01/2012

Ballade en rêve, de Paul verlaine

Irving Ramsey Wiles  - The Green Cushion 1895



J'ai rêvé d'elle, et nous nous pardonnions
Non pas nos torts, il n'en est en amour,

Mais l'absolu de nos opinions
Et que la vie ait pour nous pris ce tour.
Simple elle était comme au temps de ma cour,
En robe grise et verte et voilà tout,
(J'aimai toujours les femmes dans ce goût),
Et son langage était sincère et coi.
Mais quel émoi de me dire au débout :
J'ai rêvé d'elle et pas elle de moi.

Elle ni moi nous ne nous résignions
À plus souffrir pas plus tard que ce jour.
Ô nous revoir encore compagnons,
Chacun étant descendu de sa tour
Pour un baiser bien payé de retour !
Le beau projet ! Et nous étions debout,
Main dans la main, avec du sang qui bout
Et chante un fier 'donec gratus'. Mais quoi ?
C'était un songe, ô tristesse et dégoût !
J'ai rêvé d'elle et pas elle de moi.

Et nous suivions tes luisants fanions,
Soie et satin, ô Bonheur vainqueur, pour
Jusqu'à la mort, que d'ailleurs nous niions.
J'allais par les chemins, en troubadour,
Chantant, ballant, sans craindre ce pandour
Qui vous saute à la gorge et vous découd.
Elle évoquait la chère nuit d'Août
Où son aveu bas et lent me fit roi.
Moi, j'adorais ce retour qui m'absout.
J'ai rêvé d'elle et pas elle de moi !


Recueil "Chair" (1896)

Tableau de Irving Ramsey Wiles  - The Green Cushion 1895 

28/12/2011

Sentier du nord, de Kenneth White

 
1.  
Eaux noires, où 
l’oie cendrée, le plongeon gris 
le saumon, la perche, la truite 
sont chez eux…. 
après dix jours sans nuage 
la pluie est revenue 
une bruine grise 
qui assombrit le lac 
et voile les collines 
 
2.  
Air froid de l’aurore 
ce rocher : 
traces de l’époque glaciaire 
et là un tertre 
poste de guet d’un renard 
(l’herbe a verdi  
sous ses excréments) 
 
3.  
Un bosquet de bouleaux 
brouillés de pluie 
le tronc 
blanchi 
d’un pin mort 
sur le sol tourbeux 
l’empreinte d’un cerf 
 
4.  
Un ruisseau gris 
des lichens
agrippés à une pierre 
et, solitaire 
une fleur 
arctique : 
étamines noires 
pétales blancs 
 
5.  
Là-bas 
parmi les rocs et les éboulis 
un ptarmigan 
franchit la crête. 
 

 
 
Kenneth White, Les rives du silence, traduit de l’anglais par Marie-Claude White, édition bilingue, Mercure de France 1997, p. 64 à 67  
 
Poème à retrouver également sur http://poezibao.typepad.com/

Photo de Pierre Gaudu 

 

09/12/2011

La vigne et la maison (Extrait), de Lamartine

       

la vigne et la maison,lamartine,corot

         Le mur est gris, la tuile est rousse,

        L’hiver a rongé le ciment;

        Des pierres disjointes la mousse

        Verdit l’humide fondement;

        Les gouttières, que rien n’essuie,

        Laissent, en rigoles de suie,

        S’égoutter le ciel pluvieux,

        Traçant sur la˙ vide demeure

        Ces noirs sillons par où l’on pleure,

        Que les veuves ont sous les yeux.

 

        La porte où file l’araignée,

        Qui n’entend plus le doux accueil,

        Reste immobile et dédaignée

        Et ne tourne plus sur son seuil;

        Les volets que le moineau souille,

        Détachés de leurs gonds de rouille,

        Battent nuit et jour le granit;

        Les vitraux brisés par les grêles

        Livrent aux vieilles hirondelles

        Un libre passage à leur nid.

 

        Leur gazouillement sur les dalles

        Couvertes de duvets flottants

        Est la seule voix de ces salles

        Pleines des silences du temps.

        De la solitaire demeure

        Une ombre lourde d’heure en heure

        Se détache sur le gazon:

        Et cette ombre, couchée et morte,

        Est la seule chose qui sorte

        Tout le jour de cette maison!


La vigne et la maison (1857)

Photo de Coline Termarsh, Photographe et écrivain que je remercie et dont on peut retrouver le travail sur son blog : http://colinetermash.canalblog.com 

 

 

28/07/2011

Stucco gris et stucco rouge orangé

Quelques photos d'un chantier que je viens de réaliser, et tout juste fini...Un stucco rouge orangé, très chaleureux, qui va servir de cadre à un grand miroir, et un stucco gris, en quatre passes.

Le rouge orangé apporte une note très tonique à cette pièce et est situé en vis-à-vis d'un mur vert.

Le gris tire vers le mauve, en totale harmonie avec la peinture des murs. Les successions de couches donne une sensation de profondeur et de minéralité. Cet enduit permet également de structurer cet espace (mur de 5 mètres de hauteur, dans un triplex).

Couleurs réalisées sur mesure, enduit minéral, ciré. Ce type d'enduit peut être utilisé dans une salle de bain ou une cuisine, s'il est protégé par une cire hydrofuge ou un vernis.

Styliste d'intérieur :  Laurence Baudet http://www.lb-deco.com/pages/accueil.php

Réalisation et création couleurs : Dominique Hordé

 

 

DSC_0533b.jpgDSC_0538b.jpg

gros plan givaudan.jpg